Une pétition réclame Windows 10X sur le Surface Duo (à la place d’Android)

Une pétition réclame Windows 10X sur le Surface Duo (à la place d’Android)

Une pétition exige que Microsoft abandonne Android sur son smartphone Surface Duo. L’auteur et les signataires estiment que la firme de Redmond doit sortir son appareil sous Windows 10X, son propre OS.

Après des années de rumeurs, Microsoft a finalement lancé son Surface Duo, un smartphone équipé de deux écrans qui vient se poser comme une alternative aux mobiles à écran pliable qu’on a découvert cette année avec les Galaxy Fold de Samsung et Mate X de Huawei.

Mais l’annonce s’est accompagnée de ce qui est considéré par une partie de la communauté comme une mauvaise nouvelle, voire une trahison : l’appareil tournera en effet sous Android, le système d’exploitation de Google.

Un Surface Duo sous Windows 10X plutôt qu’Android ?

Une pétition a donc été lancée sur le site Change.org pour demander à la firme de Redmond de changer ses plans. « Le Surface Duo dernièrement annoncé, fonctionnant sous Android UNIQUEMENT, ne répond pas aux attentes de nombreux développeurs Windows UWP et fans de Microsoft. Nous voulons un appareil Surface Duo qui exécute le nouveau système d’exploitation Windows 10X et qui émule les applications Android », explique le créateur du mouvement.

En évoquant Windows 10X, il fait ici référence au nouvel OS présenté par le groupe américain. Celui-ci sera embarqué sur le Surface Neo, sa tablette transformable en PC portable. Mais Microsoft s’est montré clair à ce sujet : Windows 10X a été conçu seulement pour les ordinateurs portables embarquant deux écrans, l’interface et les fonctionnalités ayant été pensées spécifiquement pour ce type de matériel. Si le système d’exploitation équipera des PC 2-en-1 de marques comme Dell, HP, Lenovo ou Asus, nous ne sommes alors pas prêt de le voir sur un smartphone.

Windows Phone peut-il revenir ?

Cela pose tout de même la question du retour d’un système d’exploitation Microsoft pour téléphone mobile. Et de ce que l’on en sait pour l’instant, le sujet n’est pas totalement utopiste à moyen terme. Windows 10X est en effet construit sur les fondations posées par Windows Core OS, une nouvelle base système propre. À partir de celle-ci, il est aussi extrêmement probable que la firme de Redmond cherche à développer de nouveaux systèmes d’exploitation pour différents appareils : ordinateurs, montres connectées… et peut-être smartphones.

C’est d’ailleurs ce qu’est en train de faire Huawei avec Harmony OS, et ce que vise aussi Google avec son projet Fuchsia. Ces prochaines années risquent ainsi de marquer un tournant pour le futur des OS.

Source : Neowin

Articles simulaires 

Stay Up to Date With The Latest News & Updates

Access Premium Content

Cependant, pour bénéficier aux ressources informatique du site web soulk.fr, vous devez disposer d’un compte premium.

Restez informer

Vous recevrez les actualités informatique venant de Soulk.fr

Suivez-moi sur !!!

Sur ces différents réseaux sociaux

Le Rwanda se lance dans la production de smartphones 100% «Made in Africa»

Le Rwanda se lance dans la production de smartphones 100% «Made in Africa»

Pour la première fois, des téléphones intelligents fabriqués dans des usines au Rwanda vont être commercialisés par l’entreprise Mara Group. Le pays espère ainsi devenir un véritable pôle technologique en Afrique dans les domaines des télécoms et de la high-tech.

Avec une population estimée à 1,4 milliard d’individus à l’horizon 2021 et un continent qui mettra en circulation d’ici à deux ans un milliard de smartphones environ, l’Afrique est en passe de devenir une place de marché incontournable pour toutes les entreprises de télécoms de la planète.

Créée par le millionnaire Ashish Thakkar et basée à Kigali, l’entreprise Mara Groupe a officiellement inauguré le 7 octobre sa première usine de production de smartphones 100% africains.

Le Rwanda compte produire chaque jour 1 200 smartphones « de haute qualité à un prix abordable » et les premiers mobiles sortent déjà des lignes d’assemblage. Les nombreuses entreprises en Égypte, en Éthiopie, en Algérie ou encore en Afrique du Sud, elles, assemblent des smartphones pour le compte des grandes enseignes de la téléphonie mondiale.

« Véritable marque issue du continent »

« Nous fabriquons les cartes mères, nous fabriquons les sous-cartes pendant tout le processus. Il y a plus de mille pièces par téléphone », a déclaré Ashish Thakkar lors de l’inauguration de l’usine, rappelant que « le MaraPhone est une véritable marque issue du continent qui correspond aux usages des mobinautes africains ».

Pour l’instant, deux modèles sortent des lignes de production rwandaises : le Mara X doté d’un écran de 5,5 pouces et le Mara Z avec un processeur plus puissant, pourvu d’un écran HD de 5,7 pouces. Les deux smartphones sont équipés du système d’exploitation Android avec son cortège d’applications.

La version X est vendue 175 750 francs rwandais, soit 173 euros et le Z coûte l’équivalent de 118 euros. « Les Africains sont prêts à payer un petit peu plus cher pour acheter un smartphone de qualité Made in Africa », assure Ashish Thakkar.

Le PDG de Mara Group espère ainsi donner un coup de pouce aux ambitions du Rwanda, lequel compte devenir un pôle d’excellence technologique dans toute la région.

il pareil qu’on ne peut pas vous licencier sur la base de photos postées sur Facebook

il pareil qu’on ne peut pas vous licencier sur la base de photos postées sur Facebook

Vos publications Facebook ne peuvent être retenues contre vous par la justice… même si vous publiez des photos de voyages alors que vous êtes en arrêt maladie.

Comme le rapporte NextInpact, la cour d’appel de Poitiers a invalidé le licenciement par Auchan d’un de ses employés pour avoir posté des photos de vacances sur Facebook alors qu’il était en arrêt maladie. Cette décision du jeudi 3 octobre invalide le précédent jugement du conseil des prud’hommes qui avait donné raison à l’employeur en juin 2016. Elle met fin à quatre ans de procédure judiciaire. 

« Sans cause réelle et sérieuse »

La chaîne de supermarché doit par ailleurs verser près de 6 500 euros de dommages et intérêts au plaignant en raison d’un licenciement « sans cause réelle et sérieuse ».

La décision de la cour d’appel s’est appuyée sur la nature des éléments retenus contre l’employé licencié. La société a décidé de le congédier le 20 octobre 2015 à cause de publications privées sur Facebook, émises depuis son domicile. Or, le caractère privé de ces posts les rend irrecevables pour la cour d’appel. 

Sur sa page personnelle, l’employé a publié des photos de voyage à New York, à Chicago, à l’île de Ré ou à Marseille. La date de publication de ces photos, dans le courant de l’été 2015, coïncide avec la période pendant laquelle il était en arrêt maladie.

Une atteinte « au secret des correspondances »

La cour rejette néanmoins les arguments d’Auchan puisqu’ils portent atteinte à « la liberté d’expression et au secret des correspondances ». 

Selon les juges, « la société Auchan France n’établit donc pas [que le plaignant] a profité de ses arrêts maladie afin de se « divertir pleinement », mais seulement qu’il a diffusé, au cours de cette période, des messages dont rien ne permettait de considérer qu’ils reposaient sur des faits réels».

Cette décision montre les limites de l’utilisation des réseaux sociaux contre leurs utilisateurs. Il est donc clair qu’aux yeux de la justice, les contenus publiés en privé ne peuvent pas être retenus contre un individu au nom de la protection de sa vie privée.

Cela ne s’applique cependant pas à l’ensemble des publications postées en public. À l’heure où le gouvernement souhaite mettre en œuvre un dispositif expérimental de collecte de masse des données par le fisc et les douanes, la question de la validité juridique de ces publications est cruciale. Un élément supplémentaire qui interroge sur le réalisme de cette expérimentation à grande échelle

Source : Doctrine via NextInpact